Sexualités

Au début, il n’y avait pas de mots. Il y avait le déni, le secret, la honte, la peur. Et il y avait l’inconnu, ou le méconnu du trop connu.
Et puis il y a eu un livre, une indigestion, et une révélation.

Au début, il n’y avait pas de mots et puis il y en a eu à flots, après la privation, l’explosion.
Sexualité encensée, jeux de mots, jeux de corps, éclats de rire, gène en éclat, mots en éclat sexe dans tous ses états.
Touche-moi, nomme-le, crie-le, ris-le, raconte-le avec ton corps, avec son corps et votre plaisir en délire. Tabous exposés, explosés, me voilà désinhibée.

Par cette porte ouverte un jour troublant, certains s’engouffrent en riant, d’autres en saignant.

La sexualité est un film pornographique,
Une obsession, une question de fric,
Un délice de fin de journée,
Une blague salace à l’heure du thé,
Un fantasme de passion violente
Ou juste un sexe entre les jambes,
Une question embarrassante,
Une réponse bien trop gênante,
Un désir inassouvi
Ou un clin d’œil au bord du lit,
Frustration ou passion effrénée,
La sexualité…
Rarement vécue avec sérénité.

Et puis, la sexualité est liberté,
Plénitude, divin et générosité,
Déesse des plaisirs, ses mystères, ses atouts
Connexion entre la terre et le grand tout
Ligne de vie, tendue, frissonnante,
Fontaine en rigole le long des jambes
Une respiration profonde,
Pour que l’énergie remonte,
Libérée du mental et de toutes ses peurs,
Vie en mouvance entre le sexe et le cœur.

La sexualité est recherche,
La sexualité est confiance,
Elle est consciente,
Elle est expérience
Et elle est éprouvante.

Recherche-toi, recherche-moi, cherche en toi la recherche du moi. Confiance en soi, en l’autre, en nous, confiance en la vie et puis le grand tout.

Mais vas-y pour lâcher prise,
Quand tout ce que te renvoie ton corps, c’est la peur du vide
Il s’agrippe à ses habitudes,
Et cherche dans les yeux des autres confirmation de ses certitudes.
Comment tu fais pour renvoyer du beau
Quand le miroir ne te montre que ce qui est en trop ?
Comment tu fais pour rayonner,
Quand même ta psyché te rit au nez ?
Comment tu fais pour séduire,
Quand tout ce que tu fais c’est fuir ?

Mais qu’est ce que tu fais toute recroquevillée ?
De quoi t’as peur, qu’est ce que tu caches ?
Tu crois que les autres, c’est quoi qu’ils regardent ?
C’est quoi qu’ils voient ?
Regarde-les dans les yeux et danse !
Souris, rayonne, contamine-les de ta tendresse,
Promène ton amour à bout de bras et laisse
Le monde venir à toi.

Danse en confiance, danse sans peur
Vas sans barrière, sans pudeur,
Ose.

Parler de sexualité, c’est se dévoiler
Le vivre, c’est se déshabiller.
Es-tu prête à perdre le contrôle et ta majesté ?
Enlever couche par couche l’armure rouillée
Et te retrouver nue,
Vulnérable,
Sans plus aucune protection,
Aucun mensonge,
Que la beauté des formes qui sont les tiennes et qui sont le reflet de ce que tu es, avec tes forces, tes faiblesses et tes contradictions.

Danse, dansons, avançons, osons.
Parlons-en, vivons-le, loin des mythes, des tabous et des fils barbelés.

Médiatisée, diabolisée, vulgarisée, trop limitée,
Pourquoi la sexualité est-elle si compliquée ?
Pourquoi pas juste un partage de passion,
Sans jalousie, sans possession,
J’ai juste envie de t’embrasser et de te connaitre charnellement
Sans « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »
Mais ça, c’est une autre histoire,
Qui a besoin d’être vécue autre part,
Un autre chapitre, une autre page,
Une histoire de partage, une histoire pas sage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s